DIFFERENTES VIES DE SAINT PHILIPPE (1515-1595)

Par le Père Jacques Bombardier, Oratoire de Nancy

Saint Philippe Néri1550 à Rome: c’est dans toute la chrétienté une année jubilaire et les pèlerins se pressent nombreux aux tombeaux des apôtres Pierre et Paul dans la Ville Sainte. Ils viennent de tous les pays d’Europe. Les plus riches d’entre eux trouvent assez facilement à se loger. Pour les plus pauvres, les hôpitaux et les hospices sont toujours complets; mais un bruit courait parmi les pauvres qui arrivaient : ils pouvaient être accueillis, au cœur même de la Ville , dans le voisinage de l’église San Salvatore in Campo. En effet, dans une grande salle, la Confraternité de la Trinité des Pèlerins reçoit les pèlerins, les nourrit, les soigne et leur offre gîte et  couvert. La Confraternité, ce sont des jeunes gens souvent, pleins d’ardeur et de piété qui se dévouent auprès des pauvres pèlerins, jusqu’à 500 certains jours de cette année sainte. Les responsables de cette action charitable sont un prêtre Persiano Rosa, déjà âgé, et un jeune laïc de 35 ans, Philippe Néri.

Après ce service durant l’année du Jubilé, la Confraternité s’occupera des convalescents qu’elle accueillera à la sortie de L’Hôpital et des quelques pèlerins habituels de la Ville Sainte. En 1575, à nouveau année jubilaire, les confrères reprendront leur tâche auprès des pèlerins  et en accueilleront jusqu’à 150 000 dans l’année !
 

Continue reading