LA GRACE D’ETRE NE

TEXTES POUR LA TRACTATIO DU VENDREDI 8 MAI

st philippe jubile« La grâce d’être né »

                Le cardinal Honoré – spécialiste français bien connu de Newman – écrit dans l’introduction de ses Mémoires :

« Comme tout autre mon existence a connu ses bons et ses mauvais jours, ses lourdeurs et ses diversions. J’ai maintenu dans les variations de mon état le fil bleu d’une continuité. Plus encore qu’hier, j’ai aujourd’hui le sentiment qu’à toutes les étapes, jusqu’à ce temps de retraite qui s’achève, le Seigneur ma gratifié. Ce livre de mémoire s’apparente à un hommage rendu à Celui qui m’a fait ce que je suis. Avant même le jour où je commençai à l’écrire, son titre s’imposait à moi : LA GRÂCE D’ÊTRE NE.  Je regarde les épisodes de ma vie comme le déploiement souvent inattendu, du don de Dieu que j’ai reçu en venant au monde. Puisse mon propos livrer ce simple message : en dépit des vents contraires et des risques toujours possibles de naufrage, une vie humaine mérite d’être vécue. »

“Comme né pour la Congrégation” (Itinéraire spirituel n° 70 citant Constitutions, n° 57)

            « Il nous[1] est demandé de nous tourner vers notre bienheureux Père non pas comme vers le modèle de telle ou telle vertu mais plutôt comme vers le canal par lequel nous arrive la grâce incomparable de notre vocation… Philippe remplit à notre égard ce rôle très humble mais pourtant irremplaçable d’être l’homme par lequel nous parvient aujourd’hui l’influx divin de grâce auquel nous pouvons en solitude être à l’écoute de l’unique bien et nous devons avoir soif d’apparaître en présence du Dieu vivant.  Philippe est pour nous cet intermédiaire de vie, en ce moment même, parce qu’il est dans le Christ Ressuscité, vivant, présent à ses enfants que nous sommes.  Mais il est également cette source du divin parce que le premier, il a reçu l’appel de l’Esprit, il s’est mis à l’école de la Sagesse incréée… Notre Père St Philippe : ce mot n’évoque pas pour nous une longue doctrine, des enseignements raffinés, mais d’abord l’existence d’un maire déjà mûr qui se laisse séduire par la bonté de Dieu, abandonne tout pour elle et qui n’a plus guère d’autre chose à nous dire que sa propre existence au désert, dans le silence, les veilles, le clair regard qui perce d’amour le Bien Aimé.  Tout ce qui est beau dans notre vie nous arrive par Philippe… Etre philippin, c’est recevoir de Philippe ce mouvement de l’Esprit Saint qui nous identifie au Christ pascal attiré vers le Père jusqu’à ce qu’il le retrouve… Parce que cet homme au cœur profond s’était définitivement placé face à Dieu, en intimité apparemment exclusive avec lui, il est pour toujours débordant d’une tendresse qui se déverse sur nous et nous établit à notre tour dans l’unité de ma famille oratorienne devenue comme le milieu transparent au sein duquel nous pouvons espérer contempler Dieu.»

[1] Sermon d’un père chartreux « Notre Père St Bruno ». Les transpositions ont été faites avec St Philippe.  Paroles d’un Chartreux 1987 pages 25 à 27 : sermon prononcé au chapitre général de 1983

Posted in Discours and tagged , , , , , , .