VEILLEE DE PRIERE

Textes de la Veillée de prière

 à Paray le Monial , Samedi 9 mai 2015, 21h-22h

st philippe jubile

DIEU NOUS AIME EN JESUS

AIMER LE CHRIST

AMOUR  FRATERNEL DANS LE CHRIST

DIEU NOUS AIME EN JESUS
Evangile selon St Jean (15, 1-11)
Jésus disait à ses disciples : « Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage. Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi. Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est, comme le sarment, jeté dehors, et il se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples. Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite.
St Philippe disait :
« Que Dieu vous accorde la grâce de vous imprégner de son divin amour et de pénétrer si profondément la plaie de la poitrine du Christ, source vive de la Sagesse incarnée, que vous renonciez à l’amour de vous-même, totalement et sans retour.
L’âme qui se donne toute à Dieu est toute de Dieu.
Jetez-vous tout en Dieu, jetez-vous tout en Dieu, et sachez que, s’il désire quelque chose de vous, il vous rendra généreux dans tout ce qu’il voudra vous employer.
Quand l’âme se tient résignée entre les mains de Dieu et se contente de l’approbation divine, elle est entre de bonnes mains et elle est certaine qu’Il ne peut accomplir que du bien.
Sois certaine que Dieu t’aime, il te suffit de te livrer à Lui. »
AIMER LE CHRIST
Epître aux Philippiens (1,21 ; 3, 8…14)
« Pour moi, vivre c’est le Christ. »
« Oui, je considère tout comme une perte à cause de ce bien qui dépasse tout : la connaissance du Christ Jésus, mon Seigneur. À cause de lui, j’ai tout perdu ; je considère tout comme des ordures, afin de gagner un seul avantage, le Christ… Il s’agit pour moi de connaître le Christ, d’éprouver la puissance de sa résurrection et de communier aux souffrances de sa passion, en devenant semblable à lui dans sa mort, avec l’espoir de parvenir à la résurrection d’entre les morts… je poursuis ma course pour tâcher de saisir, puisque j’ai moi-même été saisi par le Christ Jésus…. Une seule chose compte : oubliant ce qui est en arrière, et lancé vers l’avant, je cours vers le but en vue du prix auquel Dieu nous appelle là-haut dans le Christ Jésus. « 
Epître aux Galates (2,20)
« Je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi. Ce que je vis aujourd’hui dans la chair, je le vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et s’est livré lui-même pour moi. »
St Philippe disait :
« Qui veut autre chose que le Christ ne sait pas ce qu’il veut, et qui veut autre chose que le Christ ne sait ce qu’il demande. Vanité des vanités, tout est vanité, sauf le Christ.
Qui agit, mais pas pour le Christ, ne sait pas ce qu’il fait
Jésus, sois pour moi Sauveur. Je ne veux rien d’autre que ta très sainte volonté, ô mon Jésus.
Quand t’aimerai-je d’un amour filial ? Mon Jésus, je voudrais t’aimer. Mon Jésus, défie-toi de moi. Mon Jésus, je te l’ai dit : si tu me m’aides pas, je n’accomplirai jamais le bien.
Donne-moi ta grâce, mon Jésus, que je puisse t’aimer non par peur mais par amour. »
 
AMOUR  FRATERNEL DANS LE CHRIST
Evangile selon St Jean (13,34-35)
Jésus disait à ses disciples : « Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »
Epître aux Colossiens (3,12-17)
« Puisque vous avez été choisis par Dieu, que vous êtes sanctifiés, aimés par lui, revêtez-vous de tendresse et de compassion, de bonté, d’humilité, de douceur et de patience. Supportez-vous les uns les autres, et pardonnez-vous mutuellement si vous avez des reproches à vous faire. Le Seigneur vous a pardonné : faites de même. Par-dessus tout cela, ayez l’amour, qui est le lien le plus parfait. Et que, dans vos cœurs, règne la paix du Christ à laquelle vous avez été appelés, vous qui formez un seul corps. Vivez dans l’action de grâce.
Que la parole du Christ habite en vous dans toute sa richesse ; instruisez-vous et reprenez-vous les uns les autres en toute sagesse ; par des psaumes, des hymnes et des chants inspirés, chantez à Dieu, dans vos cœurs, votre reconnaissance. Et tout ce que vous dites, tout ce que vous faites, que ce soit toujours au nom du Seigneur Jésus, en offrant par lui votre action de grâce à Dieu le Père. »
Un disciple de St Philippe disait :
« C’est une caractéristique des fils de la Congrégation d’user entre eux d’un mode de charité plus que fraternel, se rendant des services sans se soucier du dérangement que cela leur cause, n’ayant en vue que le bien-être de tous ses compagnons. Chacun doit se contenter de soulager son prochain. En somme, tout ce qui convient pour un véritable et très cher ami rencontré en un lieu ou règne seulement la charité. Et cette charité n’est jamais excessive » (Pietro Consolini, Itinéraire Spirituel §20).
Pour terminer, ensemble nous disons :  
 » Seigneur Jésus, Tu as choisi Saint Philippe Néri pour instaurer une vie de famille où la seule règle est la charité. Fais-nous savourer ensemble ta Parole. Répands ta ferveur dans les maisons de l’Oratoire, donne à ceux qui les fréquentent un cœur fraternel, et affermis l’unité entre toutes les Congrégations, afin que l’esprit de Saint Philippe qui a renouvelé l’Eglise de son temps porte ses fruits en notre monde. Toi règnes pour les siècles des siècles. Amen « 
 
 
 
 
 
Posted in Discours and tagged , , , , .